Shooting Faïencerie – A la rencontre des petites fées de l’Atelier Sabatier à Paris

Je ne refuse jamais d’être surprise, ce qui m’amène à prendre des chemins inattendus lorsque mon instinct flaire une belle aventure. Aussi, après avoir fait connaissance avec Christine, alors que le RER dans lequel nous nous trouvions était arrêté sur la voie pour un temps indéterminé, je décidai de faire une incursion dans l’univers de cette dame remarquable. Elle était alors en formation dans l’Atelier Sabatier, spécialisé dans la réparation de faïence ancienne. Tant qu’à faire, je pris mon appareil photo pour immortaliser l’expérience en lui consacrant un petit reportage.

Bien m’en a pris ! J’ai été immergée dans un univers singulier, marqué par la présence de trois femmes oeuvrant, telles des petites fées, sur de précieux objets de faïence fabriqués avant notre siècle, que leurs propriétaires voulaient ramener à la vie sans les dénaturer. Il s’agissait donc de remettre en état, mais pas à neuf ! L’atelier est jonché, ici et là, de figurines plongées dans une attente émouvante. Brisées ou abîmées, elles patientent avant de passer entre les mains expertes, pour retrouver une seconde vie.

Les fées interviennent dans une ambiance monacale où domine doucement le son de la radio. Je souris en entendant l’interview d’une actrice pornographique expliquant pourquoi elle avait choisi son métier. Le hasard avait préparé, en mon honneur, un heureux contraste entre l’ambiance quasi religieuse de l’atelier et la programmation radio de ce jour.

Les outils aussi, délicatement posés dans l’atelier, dans un joli désordre, ont aussi attiré mon attention, car ils portaient la marque du passage des petites fées.

Je suis surprise de ne pas avoir été obnubilée par les visages humains qui m’entouraient. Pour une fois! Mais ces petits êtres de faïence m’ont paru totalement habités, et en regardant les photos, je ne peux m’empêcher de penser que ce jour-là, ils m’ont parlé leur langage.

Et les petites fées étaient bien réelles.