Shooting Manga – A la rencontre des cosplayers

Autre rendez-vous des photographes en herbe : les manifestations dédiées aux cosplayers, ces êtres étranges qui ont décidé de consacrer une partie significative de leur temps à se mettre dans la peau de personnages de manga. Le principe promet un joyeux moment photographique, et c’est avec enthousiasme que je me laisse entraîner à Paris Manga. Pour un non-connaisseur, de telles manifestations semblent appartenir à un univers parallèle. L’endroit grouille de monde : les cosplayers, revêtus de leur plus beaux atouts, côtoient les passionnés de manga, les badauds venus passer le temps, et bien sûr, les photographes flairant la bonne affaire.

Pourtant, nulle besoin de jouer des coudes pour obtenir des clichés. Les cosplayers sont expressément venus pour se montrer et se prêtent volontiers au jeu de la séance photos, lorsqu’ils ne le demandent pas carrément. Ils adoptent alors des postures caricaturales et se glissent avec soin dans la peau du personnage dont ils arborent le costume. Moi qui aime les émotions sobres et authentiques, je n’y trouve pas forcément mon compte, mais je me prête à l’exercice, par curiosité.

Par chance, l’ami photographe avec qui je suis venue avait rendez-vous pour une séance avec une magnifique cosplayeuse. Oui, elle était déguisée, mais va-t-on savoir comment, elle avait l’air d’endosser le plus naturellement du monde son costume d’héroïne. Contrairement à bien des cosplayers qui semblaient pris d’une légère ‘hystérie, elle arborait son personnage avec calme et dignité. J’y aurais presque cru!! Nous avons donc profité de sa belle présence lors d’un double shooting.

Par la suite, j’ai cessé de shooter les cosplayers en représentations, et je suis allée les photographier lorsqu’ils rêvassaient, ne sachant pas qu’ils étaient observés. Et j’ai trouvé le résultat mille fois plus intéressant !

Étrangement, je crois que c’est dans ces postures sans calculs que les personnages m’ont parus le plus authentique et le plus vivant. Ils prenaient vie par leur humanité, qui remplaçait l’enchère quelque peu caricaturale qui officie lors des séances formelles.

Une journée dépaysante que je n’oublierai pas !